La Mascotte

Temple de la convivialité

Emprise de l’esprit des fêtes de Noël, je cherche ce samedi midi une atmosphère sécurisante et vivante. Direction l’emblématique brasserie montmartroise, La Mascotte, 52 rue des Abbesses, où je suis accueillie au son de l’accordéon.

Ce lieu est chargé d’une histoire qui se construit dès 1889. On y croise tous les habitants de la butte, personnalités publiques (Michou, Didier Bourdon, Jean-Paul Rouve…) et anonymes. A partir de 1965 la famille Campion exploite cet établissement magique, actuellement Thierry (2ème génération), qui en foule le sol depuis l’âge de deux ans, il ne l’a jamais quitté, c’est son traîneau.

L’intérieur affiche un style art-déco très bien conservé : carrelage à motifs, boiserie aux murs, lampes et lustres tulipes, plafond graphique, verrière, banquettes vertes en velours, nappage blanc, argenterie et deux très beaux comptoirs d’époque, où les ballons et coupes de Champagne s’entrechoquent joyeusement.

En salle on retrouve l’excellence du service français, attentif et blagueur. Beaucoup de clients habitués plaisantent avec le personnel, qui porte la tenue traditionnelle des garçons de café : Chemise blanche, gilet, tablier et cravates noirs.

Je m’installe, seule. A la table voisine une femme raconte à sa mère, de passage à Paris pour les fêtes, les soucis qu’elle rencontre avec son ado de 15 ans qu’elle « ne supporte plus »…Mieux qu’un cadeau, j’écoute la conversation et ris discrètement.

Si j’aime venir ici, ce n’est pas seulement pour l’ambiance festive, mais aussi pour y manger d’excellents fruits de mer, qui arrivent directement de la poissonnerie attenante : L’écaillé (même propriétaire). Gillardeau, David Hervé, Tsarskaya pour les huitres, Safa pour les saumons et fumaisons, l’étalage présente des produits issus des meilleurs producteurs. A noter aussi : le Fish & chips « impeccable » comme l’affirme le roi de la bûche, chef pâtissier, Christophe Michalak, qui cite l’établissement dans le Figaro Scope parmi ses adresses préférées de Montmartre.

Pour trinquer : carte d’une grande variété qui présente des vins dénichés dans toutes nos régions de France et au-delà. Sacrée guirlande ! Je choisis un blanc sec, Patrimonio de Haute Corse – Domaine d’ E Croce, « Cuvée YL » – Yves Leccia.

Bilan : Un moment plus réchauffant et réconfortant qu’un feu de cheminée. Les cloches du Sacré-Cœur sonnent 3 heures, je pars et fais le vœu de revenir très vite profiter de cette effervescence, digne des plus beaux réveillons.

« Noël n’est pas un jour ni une saison, c’est un état d’esprit. »  Calvin Coolidge

 

  • Adresse : 52 rue des Abbesses, Paris 18
  • Site : www.la-mascotte-montmartre.com
  • Prix : entrée environ 13€, plat entre 26 et 36€, dessert environ 12€ – Plateaux de fruits de mer : entre 33 et 50€ par personne

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :