Richer

≡ CHANGEMENT DE CHEF ≡

À la noble jeunesse

Je ne compte plus mes visites au Richer, des dizaines de déjeuners et dîners à mon actif dans cet établissement que j’affectionne.

Le restaurant fait honneur au siècle des Lumières qui a vu naître cette rue portant le nom de Jean-Charles Richer, à l’époque échevin de Paris. Nous goûtons ici une cuisine rationnellement éclairée. Le créateur du lieu n’est autre que le déterministe Charles Compagnon, également propriétaire de L’Office, juste en face.

La salle au caractère brut nous offre un décor moderne et nature. Les murs décapés laissent pierres et briques apparentes bien qu’ornées de quelques peintures abstraites. Le mobilier mixe bois, fer et cuir. Ouverte sur l’extérieur celle-ci est particulièrement agréable les soirs d’été. Au service comme en cuisine la jeune équipe dynamique qui s’agite porte le tablier.

La clientèle est quant à elle cosmopolite, à l’image des populations diverses qui traversent le quartier : travailleurs, riverains, fêtards…

On nous apporte pour commencer : tartelette de petits pois, crème de chèvre, betterave et radis rose, émulsion menthe. Puis, gravlax de mulet noir, patate douce et mangue, sorbet coriandre et pomme grany smith. C’est beau, c’est bon, c’est coloré, c’est frais. On passe aux plats : suprême de volaille fermière pochée, crème d’oignon, boulgour, coulis de cresson. Et saucisse de Toulouse, purée de pommes de terre, salade de frisée et noisettes. En dessert : Rhubarbe pochée à l’amaretto, glace amande, streusel piment d’espelette, lait caillé. Enfin, fraises fraîches, financier pistache, chantilly citronnelle, sorbet balsamique fraise.

Cette cuisine reflète un juste accord entre empirisme et libre-pensée du chef Sho Ashizawa. Vous direz peut-être que je manque d’esprit critique mais à mon sens c’est un régal du début à la fin. Pas d’universalisme en la matière, ce qui est sûr c’est que l’adresse vaut le détour. Mon seul bémol : le café très peu torréfié. Petite objection à prendre avec beaucoup de philosophie. Les vrais amateurs de café qui m’accompagnent eux adorent.

Le Richer ne prend pas de réservation mais vous accueille 7 jours sur 7 (l’espace est grand, table facile à trouver sur place).

« C’est le génie du grand siècle passé fondu dans la philosophie du siècle présent. »  Voltaire

 

 

 

Un commentaire sur “Richer

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :